LES OBJECTIFS

Lorsque l'on investi dans un appareil de type reflex, on se pose la question du choix des objectifs à monter sur son appareil. C'est un choix très important car généralement les optiques sont couteuses, et c'est leur qualité qui feront qu'une photo sera piquée et exempte de défauts.

Le choix quelque soit la marque est assez vaste, on trouve de tout, de l'optique bas de gamme à l'optique de pro lumineuse et stabilisée. L'avantage des reflex est qu'ils peuvent accepter une large gamme de focales, on est pas bridé comme sur un compact par exemple. Bien sûr cela demande un budget plus ou moins important.

Je vais ici vous parler des différents objectifs que l'on trouve sur le marché et à quel style de photo ils sont généralement associés.

Tout d'abord je vais commencer par vous montrer avec images à l'appui, les différences d'angle de vue avec un objectif type grand angle (10 mm) à une longue focale (300 mm avec doubleur = 600 mm). De cette façon vous allez mieux comprendre l'intérêt des objectifs.

Sur ces photos j'ai mis l'appareil sur trepied et j'ai changé d'objectif pour garder la même position sur toutes les images.

Objectif 10mm

10 mm
Objectif 35mm

35 mm
Objectif 50mm

50 mm
Objectif 100mm

100 mm
Objectif 200mm

200 mm
Objectif 300mm

300 mm
Objectif 600mm

600 mm

Ici je parle de la focale réelle sur un appareil numérique. Une focale 24x36 se voit multiplier par 1,5 sur un Nikon et x1,6 sur un Canon, coefficient multiplicateur lié à la taille du capteur. Exemple : un 50mm sur un appareil argentique voit sa focale passer à 75 mm sur un reflex numérique de type APS.

Le tableau ci-dessous vous donnera un aperçu de ce que donne le coefficient multiplicateur suivant la taille du capteur et de la marque :

Tableau

A noter que Nikon et les autres marques utilisent les mêmes capteurs Sony. Seul le D2x chez Nikon utilise un capteur de type CMOS de conception Nikon. Canon est le seul à concevoir ses capteurs, ce qui explique le coefficient qui n'est pas le même que les autres marques.

Il existe plusieurs familles d'objectifs :

les grands angles, les zooms, les fixes, les macros, les téléobjectifs, etc…

Commençons par les grands angles :

On appelle les "grands angles" les objectifs en dessous de la focale 50 mm. En gros tout ce qui va de 35 à 6 mm en 24x36.

Sigma 10-20 4-5.6 EX DC HSM

Sigma 10-20 4-5.6 EX DC HSM
Objectif 600mm

Nikkor 12-24 f/4G IF-ED DX

Les grands angles grâce à leurs champs angulaires larges sont idéaux pour les photos de paysages, les photos de groupes et d'intérieur. On peut grâce à ces objectifs capturer des grands espaces ou par exemple prendre un groupe de personnes dans une petite pièce où vous ne pouvez pas reculer.

Quelques exemples :

10 mm

10 mm

Ces deux photos de paysage ont été prises à 10 mm.

Pour la photo du phare la focale de 10 mm a permis de donner une déformation impressionnante du phare et de donner plus d'importance au ciel.

Pour l'arbre cela a permis de rentrer le tronc et la grande racine de l'arbre sur toute la photo. Et la déformation dûe au grand angle donne plus d'importance à l'arbre qui parait de cette façon plus grand. Cette illusion d'optique déforme la taille des objets et semble éloigner les plans de la scène.

10 mm

Exemple d'une photo prise à l'intérieur de la crypte de la Basilique de Lisieux.

Grâce à petite focale de 10 mm (equiv. 15 mm en 24x36) j'ai pû photographier à la fois la statue et le plafond de la crypte.
Attention, il n'est pas conseillé d'utiliser un grand angle pour faire du portrait, sauf si l'effet est voulu. Sinon voici ce que cela donne !

Portrait 10 mm

Attention également pour la photo d'architecture, le fait de pointer l'objectif vers le haut suffit à déformer un édifice. Comme par exemple la photo ci-dessous :

Portrait 10 mm

Comme on peut le voir, la distorsion de la perspective a changé la forme de la basilique. On a l'impression qu'elle va tomber à la renverse!!!
Pour la photographie architecturale on doit s'éloigner le plus possible du bâtiment et utiliser un objectif "normal", comme un 50 mm par exemple, et en plaçant l'appareil parallèlement au sujet on retrouve alors une perspective normale.
Mais le top reste quand même les objectifs à décentrement. Parfait pour l'architecture, ces objectifs sont conçus de telle sorte que ce soit l'optique qui bouge et non l'appareil. De cette façon l'appareil étant toujours parallèle au bâtiment, on obtient une perspective parfaite. Malheureusement ces objectifs restent très couteux!!

En très grand angle il existe également les "Fish Eyes"

Canon 15 mm f/2,8 Fisheye

Canon 15 mm f/2,8 Fisheye
Nikkor fish-eye 10,5 mm f/2,8 DX

Nikkor fish-eye 10,5 mm f/2,8 DX

Ces objectifs extra grand angle disposent d'un angle de 180° (voir plus) Il existe les fish-eye plein format qui produisent une image à la distorsion exagérée, les lignes sont courbées, les personnages déformés... Effet garanti!!! voir par exemple les photos de Digital Frog ci-dessous :

Nikkor fish-eye 10,5 mm f/2,8 DX

Digital Frog utilise un Nikon D2x et un Nikkor fish-eye 10,5 mm.
Voici sa galerie PBase : http://www.pbase.com/digitalfrog
et son site : http://www.digitalfrog.nl/

Il existe également les fish-eye circulaire qui donne une image ronde, comme si on regardait à travers un juda.
L'intérêt principal de ces objectifs est essentiellement la photo créative grâce à leurs effets inhabituelles.

Les zooms

Nikkor 18-200 f/3.5-5.6

Nikkor 18-200 f/3.5-5.6
Nikkor 18-70 f/3.5-4.5 DX

Nikkor 18-70 f/3.5-4.5 DX

L'avantage principal des zooms est qu'ils ont pour la plupart une grande plage de focales. Ils permettent de modifier la focale sans changer d'objectif. Ils sont en général assez polyvalents, on peut, par exemple avec un 18-200, aussi bien photographier un paysage au grand angle (18mm) qu'un détail lointain (200mm). Idéal pour les randonnées par exemple.

Ils restent donc très pratiques mais présentent quelques défauts :
• du fait de leur grande plage de focale, la qualité n'est pas toujours au rendez-vous. Il est conseillé de fermer le diaphragme pour gagner en piqué, on perd donc en vitesse.
• leur ouverture maximale est limitée, f/3,5 est souvent un minimum.
A la plus longue focale c'est souvent f/5,6. On peut donc dire que ce ne sont pas des objectifs "rapides"

Il existe aussi des zooms "professionnels". On les reconnait à leur ouverture minimal de f/2,8. Ces objectifs ont une plage de focale moins importante (28-70 par exemple) la qualité optique est donc meilleure. En contre-partie le prix n'a rien à voir avec les zooms bas de gamme qui sont en général vendus en kit avec les reflex.

Dans les zooms on trouve des focales assez importantes, comme le 80-200, le 70-300 ou bien encore le 80-400. Avec ces zooms on peut photographier des détails lointains, de l'animalier et même du sport.

En conclusion, si vous voulez de la qualité il vous faudra investir dans les modèles ouvrant à f/2,8. Si vous cherchez plutôt un objectif bon marché avec une plage de focale très large c'est un équivalent 28-200 qu'il vous faudra, mais tout en sachant que vous risquez d'être déçu par la qualité des ces zooms.

Nikkor 18-70 f/3.5-4.5

NNikkor 18-70 f/3.5-4.5
Tamron 70-300 f/3,5-5,6Nikkor 18-70 f/3.5-4.5 DX

Tamron 70-300 f/3,5-5,6

Si vous êtes limité niveau budget, je vous conseillerais plutôt d'acheter votre reflex avec le kit de base et vous équiper ensuite d'un 50 mm lumineux.

On en vient donc aux objectifs fixes

Les objectifs fixes disposent d'une formule optique plus simple que les zooms. Ils possèdent généralement entre 4 à 8 lentilles suivant la focale.

Il en résulte, à prix comparable, de bien meilleurs résultats et une meilleure luminosité qu'un zoom. Une focale fixe est souvent à f/1,8 quand les zooms ne dépassent pas les f/3,5 voir plus. Les fixes comme un 50 mm sont indispensables tout le fourre-tout de tout bon photographe.

L'inconvénient des fixes est que l'utilisateur doit s'éloigner ou s'approcher du sujet pour le cadrage, puisqu'il ne peut pas zoomer ! Mais pour moi ceci n'est pas un inconvénient. Cela force au contraire à effectuer un bon cadrage. Le débutant a trop tendance à zoomer pour cadrer, donc à ne pas bouger. Une focale fixe est idéale pour apprendre la photo avec de bonnes bases…

Il y a plusieurs sortes de fixes :

  • Les standards
  • Les grands-angulaires
  • Les téléobjectifs
  • Les macros

En standard l'objectif par excellence est le 50 mm

Nikkor 50 mm f/1,4

Nikkor 50 mm f/1,4
Canon 50 mm f/1,4 USM

Canon 50 mm f/1,4 USM

Cette focale donne une visée en accord avec la vision humaine . On photographie ce que l'on voit. Beaucoup de photographes connus ont adoptés cette focale. Vous devez donc absolument posséder cet objectif, surtout que son prix est un des plus bas !!! En plus sa grande luminosité permet de prendre des photos sans flash dans des endroits sombres.

Nikkor 50 mm f/1,8

Nikkor 50 mm f/1,8
Minolta 50 mm f/1,7

Minolta 50 mm f/1,7

La grande ouverture permet également de jouer avec la profondeur de champs. Voir ici pour plus d'explications : "Le couple ouverture et vitesse d'obturation"

Cette focale se prête bien aux portraits, même si elle peut être un peu trop courte. Un 85 mm est mieux en pratique pour cette utilisation.

Nikkor 50 mm f/1,8

Nikkor 50 mm f/1,8
Minolta 50 mm f/1,7

Minolta 50 mm f/1,7

Les Téléobjectifs

Les téléobjectifs permettent de capturer un sujet qui se trouve assez loin. L'image donne l'impression qu'on est à côté du sujet. Les focales des téléobjectifs commencent à 85 mm et peuvent aller jusqu'à 800 mm.

Canon 85 mm f/1,2

Canon 85 mm f/1,2
Nikkor 300 mm f/2,8

Nikkor 300 mm f/2,8

Les téléobjectifs (souvent lumineux genre f/2,8 ou f/4) réduisent la profondeur de champ et "tassent" les perspectives. on a l'impression que tous les éléments de la photo sont sur le même plan. Et leur qualité optique est souvent exceptionnelle.

Ci-dessous 2 photos de Valentin Flauraud prises au Canon 85 mm f/1,2 et boîtier 1DmkIIN :

Photos de Valentin Flauraud

Clichés pris à pleine ouverture (f1,2) . Cette grande ouverture lui a permis de jouer avec la profondeur de champs qui a eu pour effet de donner de la profondeur à ces photos. Seul l'endroit où a été faites la mise au point est net.

Les téléobjectifs supérieurs à 300 mm sont plutôt destinés à la photographie animalière et sportive. En fait tout ce qui est difficile de prendre de près. Les animaux souvent très farouches ne se laissent pas approcher facilement. Un télé de minimum 300 mm est souvent indispensable.

2 exemples de photos prises avec le Sigma 300 f/4. Vieil objectif mais qui fonctionne encore très bien.

Pleine ouverture

Pleine ouverture

La photo de l'oiseau a été prise avec le Sigma 300 f/4 associé à un doubleur Tamron. Ce qui m'a permis de passer la focale de 300 à 600 mm. Beaucoup plus confortable niveau distance entre le sujet et le photographe, mais ce genre d'accessoire fait perdre 2 daphragmes. C'est à dire que le sigma 300 f/4 se comporte comme un f/8. Si la lumière fait défaut les risques de flou de bougé sont alors importants. Un trepied ou un monopode peuvent compenser cette perte. Un multiplicteur x1,4 est généralement préférable au 2x. Tout dépend de ce vous voulez faire.

Multiplicateur 1,4x Canon

Multiplicateur 1,4x Canon

Les grands-angulaires

Les objectifs grand-angulaire permettent les prises de vue en intérieur, les paysages, le photo-reportage pour être au coeur de l'action, etc... Les focales vont de 14 mm à 35 mm. Mais à cause du coefficient multiplicateur des reflex numériques (voir tableau plus haut), ces focales perdent un peu leur intérêt en numérique. Néanmoins, le photographe qui veut retrouver l'équivalent du 50 mm en argentique, choisira un 35 mm (35 x 1,6 = 53 mm). Le grands-angulaires bénéficient également d'une grande pronfondeur de champs. Idéal pour les adeptes de la netteté extrême.

Nikkor 18 mm f/2,8

Nikkor 18 mm f/2,8
Canon 14 mm f/2,8 USM

Canon 14 mm f/2,8 USM

Les macros

Les objectifs macros ont la particularité d'avoir une mise au point rapprochée. Pour bénéficier du terme "macro", l'objectif doit pouvoir reproduire au moins la moitié de la taille réelle du sujet sur le capteur ou sur le film. L'idéal est le rapport 1/1, c'est à dire que la taille du sujet est à l'échelle réelle sur le capteur.

Nikkor 60 mm Micro f/2,8

Nikkor 60 mm Micro f/2,8
Canon 60 mm macro f/2,8

Canon 60 mm macro f/2,8

Ces objectifs sont réputés pour leur très grande qualité d'image. Le piqué se doit d'être irréprochable afin de pouvoir photographier des détails que l'on arrive à peine à voir à l'oeil nu.

Les focales vont de 50 mm à 180 mm. Les plus "courants" sont 105 mm et 50 mm. Pour photographier des insectes, il est conseillé d'utiliser un 105 mm. C'est plus difficile avec un 50 mm vu que la distance de mise au point est plus faible (env. 3 cm), mais c'est néanmoins possible. Toutes mes photos d'insectes sont faites avec le Sigma 50 macro.

Macro

Macro

Par contre pour les sujets qui ne bougent pas, comme les fleurs, un 50 mm ou un 60 mm suffisent.

Goutes d'eau sur vitre

Fleur

Il est possible d'effectuer une mise au point encore plus rapprochée en utilisant par exemple des bagues allonge.

Il est évident possible d'utiliser ces objectifs comme des objectifs classiques. On n'est pas du tout limités aux insectes et aux fleurs. Les portraits, l'architecture sont par exemple tout à fait possibles.

Exemples :
Eglise interieur

J'ai pû grâce à la luminosité du Sigma 50 mm macro prendre ces 2 photos sans trepied dans la cathédrale de Lisieux. J'ai effectué une mesure spot sur la lumière la plus forte, de cette manière la vitesse était confortable et le rendu comme je le désirais (fond noir). Comme vous pouvez donc le constater, un objectif macro peut donc servir à tous types de photos, encore un plus pour ce type d'objectif.

Conclusion

Chaque longueur de focale a un but différent. Une photo prise à 10 mm n'aura pas le même impact qu'une photo prise à 200 mm. Le but est de trouver la bonne focale pour le bon sujet. Avec l'expérience vous saurez quel objectif utiliser au bon moment. Si vous débutez dans la photographie "reflex",je vous conseillerai fortement d'acquérir un "kit" appareil + objectif de base (par exemple : le Nikon D70s et le 18-70 mm) et de le compléter par un 50 mm. Un 50 mm f/1,8 coute moins de 200 euros. Avec ces 2 objectifs vous allez pouvoir apprendre la photo dans de bonne conditions. Evitez d'acheter sous prétexte d'un prix abordable un objectif de mauvaise qualité. Un jour ou l'autre vous le regrettez et vous chercherez à le remplacer par un modèle supérieur. Sur le marché de l'occasion on trouve également de bonnes affaires. Dans mon cas j'ai acheté le Sigma 300 f/4 pour 300 euros et le Nikkor 80-200 pour 400 euros. Des tarifs qui sont habituellement réservés aux objectifs amateurs neufs. A méditer…